Coronavirus et hébergements

 

Résumé des règles édictées par le dernier comité de concertation

 

Bulles de 3, limite de 4, contacts à l’intérieur ou contacts rapprochés… Vous avez eu du mal à comprendre toutes les informations du dernier comité de concertation ? Nous allons tenter d’y voir plus clair avec vous. Attention : comme après chaque Conseil National de Sécurité ou Comité de Concertation, ces règles peuvent être amenées à changer ou à être reprécisées dans les jours qui viennent.

3

C’est le nombre de personnes avec qui pouvez avoir, personnellement, des contacts rapprochés pendant un mois. Ces 3 personnes peuvent être différentes pour chaque individu, y compris au sein d’une même famille. Ces 3 personnes comptant comme une bulle sociale, il n’est pas obligatoire (bien que restant conseillé) de maintenir les gestes barrières ou d’obliger le port du masque. Les enfants de moins de 12 ans ne sont pas comptabilisés dans ce calcul.

4

C’est le nombre de personnes qui peuvent participer à un rassemblement privé chez vous en plus de votre famille. C’est donc le nombre de personnes extérieures, pas la limite du rassemblement, un rassemblement privé étant limité à X + 4 (où X est le nombre de personnes composant votre famille). Néanmoins, dès lors que ces personnes ne forment pas une bulle, les gestes barrières sont obligatoires quand cela est possible, le port du masque étant la règle quand les gestes barrières ne sont pas possibles. Les enfants de moins de 12 ans ne sont pas comptabilisés dans ce calcul.

10

Contrairement à ce qui a d’abord été signifié lors du comité de concertation, les restaurants aussi sont impactés par ces nouvelles mesures. A partir du 09/10, un restaurant est toujours autorisé à servir des tables de 10 personnes maximum dans le respect de la bulle sociale, c’est à dire un foyer + 3 personnes maximum (on n’arrivera donc à 10 personnes que dans le cas d’un foyer de 7 personnes de plus de 12 ans + 3 extérieurs). Le port du masque et le respect des gestes barrières sont obligatoires dès que l’on quitte la table. Les enfants de moins de 12 ans ne sont pas comptabilisés dans ce calcul de 10 convives.

4

Dans un bar, un café, une buvette ou un endroit où l’on sert des boissons, chaque table sera scrupuleusement limitée à 4, à l’exception stricte d’une table pour un seul foyer (“Par dérogation au premier alinéa, 2°, un ménage peut partager une table, peu importe la taille de ce ménage”)

Rassemblements non organisés
(par un professionnel)

tout rassemblement extérieur privé ou « non organisé » (ne découlant pas d’un organisme professionnel) est limité à 4 personnes, sauf dans le cas de personnes vivants sous le même toit (une famille de 5 peut donc se réunir dans un parc, par exemple). Le port du masque et le respect des gestes barrières sont obligatoires.

Rassemblements non organisés
(par un professionnel)

tout rassemblement extérieur privé ou « non organisé » (ne découlant pas d’un organisme professionnel) est limité à 4 personnes, sauf dans le cas de personnes vivants sous le même toit (une famille de 5 peut donc se réunir dans un parc, par exemple). Le port du masque et le respect des gestes barrières sont obligatoires.

Rassemblements organisés
(par un professionnel)

tout rassemblement ou événement organisé par un professionnel (dans son entièreté, donc pas simplement le temps d’un repas) reste limité à 200 personnes en intérieur et 400 personnes en extérieur. Les tables sont limitées à 10 convives. Le port du masque et le respect des gestes barrières y sont obligatoires, sauf à table.

Rassemblements organisés
(par un professionnel)

tout rassemblement ou événement organisé par un professionnel (dans son entièreté, donc pas simplement le temps d’un repas) reste limité à 100 personnes en intérieur et 200 personnes en extérieur. Les tables sont limitées à 10 convives. Le port du masque et le respect des gestes barrières y sont obligatoires, sauf à table.

Camps et stages

Les camps, stages et activités sportives restent limités à 50 participants.

Camps et stages

Les camps, stages et activités sportives restent limités à 50 participants.

En clair

 

Vous + 3 personnes (sans masque ou geste barrière) = votre bulle sociale

Votre famille + 4 personnes (avec gestes barrières et/ou masque) = limite d’événement intérieur

10 = nombre de convives par table au restaurant, les gestes barrières et les masques n’étant obligatoires qu’en dehors de la table.

4 personnes = nombre de convives par table dans un bar ou un café (sauf ménage plus grand que 4), les gestes barrières et les masques n’étant obligatoires qu’en dehors de la table.

4 (avec gestes barrières et/ou masque) = nombre de personnes maximum dans le cadre d’un événement privé ou non organisé “professionnellement”.

200 en intérieur/400 en extérieur (avec gestes barrières et/ou masque) : nombre de personnes maximum autorisées dans le cadre d’un événement organisé par un professionnel.

50 : nombre de participants aux camps, stages ou activités sportives.

-12 : les enfants de moins de 12 ans ne sont pas comptabilisés dans ces différents calculs.

Et en ce qui concerne mon gîte/ma chambre d’hôtes/mon hébergement touristique de terroir ?

Dans le cadre d’une location (pour laquelle vous n’avez pas à jouer la police !), la règle en vigueur est celle du domicile, soit X + 4, X étant le nombre de personnes composant une famille. Il est donc autorisé de se réunir à 8 (4 d’une famille + 4 extérieurs), 9 (5 d’une famille + 4 extérieurs), 10 (6 d’une famille + 4 extérieurs) … Le port du masque ou le respect des gestes barrières est néanmoins obligatoires dès lors que l’on dépasse la bulle sociale (de une personne + 3).

Le chiffre de 10 n’est donc plus d’application !

En fonction de la taille de votre hébergement et/ou de la taille du groupe que vous accueilliez, vous pourriez donc devoir appliquer les règles de cas de force majeure/de fait du prince (un empêchement d’ordre législatif) en cas d’annulation

Accueil Champêtre en Wallonie continue le combat

Nous sommes bien conscients que ces nouvelles mesures vont encore plus impacter un domaine – le vôtre – déjà très fragilisé par la crise que nous traversons. Nous continuons à travailler et à interpeler qui de droit pour que chaque situation vécue soit prise en compte, de l’hébergement touristique en revenus professionnels à l’hébergement en revenus privés, du gîte de grande capacité à la chambre d’hôtes ! Nous estimons que le secteur de l’accueil, du tourisme et de l’hébergement aussi a fait « de gros efforts » (sic), comme le secteur de la restauration, que ces secteurs aussi sont au bord du précipice et que ces situations doivent être prises en compte sous peine de voir tout un pan de l’économie disparaitre !

Sachez, pour répondre à certaines remarques sur la représentation du secteur de l’hébergement, que nos équipes – comme les équipes des gîtes de Wallonie et des autres organismes d’encadrement – travaillent d’arrache-pied depuis des mois pour représenter le secteur et en faire reconnaitre les difficultés actuelles. De belles avancées ont déjà eu lieu grâce à ce travail et la situation serait cataclysmique sans cet encadrement. Le secteur est représenté… Mais pas considéré. Ou du moins assez peu écouté. Votre frustration suite aux mesures et les nôtres sont les mêmes, et c’est en réseau, ensemble, que nous allons continuer à travailler et à avancer dans le bon sens, malgré la crise.