13/03/20 : En quoi le Coronavirus va-t-il impacter ma structure ?

 

Depuis le 12 mars, les activités récréatives, sportives, folkloriques, etc., qu’elles soient privées ou publiques, sont interdites ou fortement déconseillées en Belgique. Comment réagir face aux annulations ? Comment fonctionnent les conditions d’annulation des différents OTA ou centrales de réservation ? Que faire si mon activité se retrouve à l’arrêt pendant une certaine durée ?

Suite à notre article sur la situation globale du secteur touristique et aux récentes mesures prises par le gouvernement fédéral belge, comment réagir quand on a un hébergement touristique, un restaurant à la ferme ou un magasin en circuits courts ? Le premier réflexe a avoir est d’être proactif et d’essayer, lorsqu’un client vous contacte, de reporter au maximum ses réservations pour éviter des annulations sèches. Pour garder vos clients, privilégiez le dialogue et la gestion en bon père de famille : la situation touche autant cette personne que votre activité, avec les conséquences financières que cela peut avoir des deux côtés. Faire un geste commercial maintenant peut avoir des retombées intéressantes par la suite. À défaut, c’est le contrat signé entre le propriétaire et le client qui établit de manière claire les conditions d’annulation et les recours possibles d’un côté ou de l’autre.

Hébergements touristiques de terroir : quid des gîtes et des chambres d’hôtes ?

 

Concernant les annulations

En cas de réservation propre, sans intermédiaire, c’est le contrat établi au moment de la réservation qui va dicter, de manière légale, les possibilités ou non d’annulation. Si un acompte a été versé, une solution possible est de conserver l’acompte en vue d’un voyage ultérieur, mais cela découle de négociations au cas par cas entre l’hébergeur et le voyageur. En tout cas, camper sur ses positions et conserver “à tout prix” l’argent des réservations peut être contre-productif sur le moyen et long terme. La pérennisation d’une activité peut aussi passer par des périodes de vaches maigres.

En cas de réservation via un intermédiaire (Booking, Airbnb, Ardennes-Etape…)

Il faut se référer aux conditions générales et/ou d’annulations de cet intermédiaire. S’il s’agit d’une OTA, cela va aussi dépendre de vos propres conditions d’annulations (flexibles, modérées, strictes…).

Booking et Airbnb ont assoupli leurs conditions d’annulation concernant les zones à risque ou les clients originaires de zones à risque (annulations sans frais, annulations sans perte…). La situation évoluant quotidiennement, nous vous conseillons de vous rendre sur le site de votre OTA pour vérifier l’éligibilité de votre situation.

Airbnb : Informations sur le coronavirus et politique relative aux cas de force majeure

Booking : informations importantes relatives au coronavirus

Les centrales de réservations locales, comme Ardennes-étape, semblent travailler au cas par cas. En raison de l’évolution récente du dossier et des règles de protection de vie privée, notre contact n’a pas été en mesure de nous donner une marche à suivre précise et préconise donc de prendre contact directement avec eux pour toute question concernant l’épidémie ou les annulations.

Le petit déjeuner en chambre d’hôtes et les tables d’hôtes

En plus des mesures d’hygiène visant à limiter la propagation du virus, il est conseillé de :

  • Privilégier les (petits) déjeuners ou le service en chambre, ou en tout cas déconseiller ou limiter les petits déjeuners en salle commune.
  • Utiliser des gants en latex pour préparer la nourriture, dresser la table ou la débarrasser. Il en va de mesures d’hygiène tant pour l’hébergeur que l’héberger.
  • Le service traiteur peut toujours être proposé (repas à emporter), ce qui vous permettrait de ne pas devoir jeter les aliments déjà achetés.

Circuits Courts : quid des restaurants, salles ou magasins à la ferme ?

 

Les salles et restaurants

Les mesures gouvernementales de lutte contre l’épidémie impactent directement les salles et les restaurants.

Les restaurateurs sont directement touchés par ces directives : c’est la fermeture pure et simple. Le service traiteur est néanmoins toujours d’actualité, il est donc conseillé de proposer soit une autre date soit un repas à emporter, ce qui vous permettrait en outre de ne pas devoir jeter les aliments déjà achetés.

Les salles sont aussi impactées par ces mesures : vu l’interdiction d’événements publics ou privés, la plupart des festivités vont être ou sont annulées. Ne restent autorisées que les cérémonies en comité restreint. Ici aussi, les conditions d’annulation vont être dictées, au besoin, par le contrat précédemment signé entre le client et le loueur.

Magasins à la ferme et circuits courts 

Les mesures concernant les magasins diffèrent en fonction du commerce ciblé : si tous les magasins restent ouverts en semaine, seuls les magasins d’alimentation et de première nécessité peuvent ouvrir le week-end.

Des mesures d’hygiènes et de sécurité nécessaires peuvent être positives (respect des distances de sécurité, si besoin limitation du nombre de clients en même temps au sein d’un magasin…).

Fermes pédagogiques : quid de l’accueil de classes ?

 

Les écoles étant fermées (sauf garderies exceptionnelles), les voyages et activités scolaires et extra-scolaires s’en trouvent naturellement impactés. Bien que les mesures actuelles du gouvernement prennent fin avant les vacances de Pâques, il n’est pas impossible que celles-ci soient prolongées ou que le principe de précaution prévale dans le chef des responsables scolaires ou des parents.

En cas d’annulation, il n’y a pas de réponse collégiale sur la méthode à suivre : Il faut que chacun choisisse sa méthode de fonctionnement en tenant compte de vos souhaits, vos impératifs,…  Si vous n’avez qu’un accord oral avec une école, vous n’avez pas de recours possible.  Si vous avez un contrat (avec clauses d’annulation), il sera quand-même sans doute difficile de réclamer de l’argent à l’école mais on peut vous conseiller de proposer de postposer la visite.  Au moins, l’école reviendra chez vous (même si la visite ne se fait pas tout de suite).

En ce qui concerne les stages de Pâques, il y a encore plus de 3 semaines avant le début de ceux-ci et il est impossible de savoir comment la situation va évoluer.

MAJ 27/03 : Annulation des stages de Pâques.

Le gouvernement a pris officiellement position ce jeudi.  Les fermes pédas ne pourront donner les stages de Pâques.

Suite à plusieurs interpellations de votre part, nous vous confirmons qu’il n’est pas autorisé d’organiser une garderie d’enfants à la ferme suite à une directive reçue du Fédéral. Ainsi :

« Peut-on créer de nouvelles initiatives de garde d’enfants?

Les organisations déjà en place peuvent se poursuivre. De nouvelles initiatives qui dépassent le cercle des contacts existants sont proscrites. »

Quelles conséquences pour la bonne gestion de mon entreprise/de ma structure ?

 

Si votre entreprise est impactée au point que toute activité est rendue impossible (interruption), elle doit faire appel à sa caisse d’assurances sociales pour bénéficier :

  • D’un revenu de remplacement (droit passerelle). Il s’agit d’un indemnité de 1.291,69 euros (1.614,10 € si charge de famille) sur base mensuelle. Une possibilité sera ouverte d’en bénéficier dès que l’interruption forcée est d’au moins sept jours (contre un mois civil auparavant). La loi, déposée par Denis Ducarme Ministre Fédéralau parlement est en cours d’adoption, mais les caisses sont d’ores et déjà chargées de pré-enregistrer les demandes.
  • De facilités fortes pour le paiement des dettes de cotisations sociales : avec sa caisse d’assurances sociales, il s’agit d’adapter à la baisse les paiements anticipés de 2020 (« réduction »), de replanifier les paiements (« report » d’un an, sans intérêt de retard), soit d’introduire une demande d’annulation de sa dette de cotisation pour les premiers trimestres de 2020 (« dispense »).

Si une entreprise se trouve dans le cas où le coronavirus impacte l’activité et les revenus sans qu’elle ne doive néanmoins tout interrompre, il y a lieu de faire appel aux possibilités de réduction, report et dispense évoquées ci-avant (en fonction de la situation).

Si l’entrepreneur est malade, c’est vers sa mutuelle qu’il doit être dirigé, afin de bénéficier des indemnités pour arrêt-maladie (couverture possible dès arrêt de plus de 7 jours).

Si vous avez un employé et qu’il est devenu impossible de le faire travailler, et que vous devez malheureusement arriver à le mettre en chômage temporaire économique vu la situation, nous vous invitons à prendre contact avec votre caisse d’assurances sociale et le bureau de chômage, pour activer les possibilités de chômage temporaire.

Selon les informations que l’on a reçues :

  • Si vous êtes dans la commission paritaire CP 329.310, vous pourriez directement introduire la demande à l’Onem https://www.onem.be/fr/documentation/feuille-info/e54
  • Pour les autres commissions paritaires, avant de pouvoir introduire une demande chômage économique à l’Onem, il faudra que vous fassiez d’abord une demande au ministre de l’emploi pour être reconnue comme “entreprise en difficulté temporaire”.

 

Voir aussi :

Mesures de soutien de l’Etat dans le cadre du coronavirus : https://finances.belgium.be/fr/independants_professions_liberales/mesures-de-soutien-dans-le-cadre-du-coronavirus-covid-19

Les conseils de l’UCM : https://www.ucm.be/Actualites/Independants-et-coronavirus

Plus d’infos ?

INASTI (sécurité sociale des indépendants)https://www.inasti.be/fr/news/difficultes-suite-au-coronavirus?fbclid=IwAR2ZiJ7IXEyt0cu5VydUmq4HlyQ3KX5Uj28iUBufUUniIiBskQx4DVbuMYE

ONEM (chômage temporaire)https://www.onem.be/fr/nouveau/chomage-temporaire-la-suite-de-lepidemie-de-coronavirus-covid-19-en-chine-et-dans-dautres-pays-ou-la-maladie-sest-propagee-nouvel-update-du-09032020?fbclid=IwAR1MK4NHdynC3JKqSlXeE3Dd7j53-n36-ZWZOOBDyAaGB8PiZA8fe53TOcQ

1890 (site d’information de la Région wallonne)https://www.1890.be/article/faq-coronavirus

Coronavirus : https://www.info-coronavirus.be/

Accueil Champêtre en Wallonie compte, encore, défendre le secteur de la diversification auprès des instances concernées.

Nous allons faire remonter vos demandes, vos besoins et vos réclamations auprès de qui de droit !

Nous allons nous battre pour que le secteur ne soit pas oublié dans la gestion de cette crise !

Nous allons tout faire pour qu’une juste compensation financière soit prévue pour le secteur suite à la crise.

Dans ce sens : gardez au maximum une trace écrite de vos échanges et annulations avec vos clients. Notez et conservez tous les documents justifiants les pertes enregistrées. N’hésitez pas à analyser vos comptes et à estimez vos pertes. Nous ferons remonter l’état du secteur du tourisme et de la diversification rurale et agricole auprès des instances dirigeantes.